Jacky TERRASSON

Né en 1965, de mère américaine et de père français, Jacques-Laurent Terrasson, connu sous le nom de Jacky Terrasson, est un pianiste de jazz. Il grandit à Paris, ou il commence le piano classique à l’âge de cinq ans, pour se tourner plus tard vers le  jazz.

En 1984, il se rend à la Berklee College of Music de Boston, où il prend contact et joue avec de nombreux musiciens. Il s’installe quelques temps à Chicago, avant de revenir effectuer son service militaire en France en 1988. Ce séjour de deux ans lui permet à se  produire dans les clubs parisiens, accompagnant notamment les chanteuses Dee Dee Bridgewater et Abbey Lincoln.

De retour à New York en 1990, il rejoint le groupe du batteur Art Taylor pendant un an et demi2.

Son succès au « Concours international Thelonious Monk » lui donne l’opportunité de partir en tournée avec la chanteuse Betty Carter. 1995 est alors le début d’une collaboration avec le label Blue Note.

Indépendant et entreprenant, il décide en 1993 de créer son propre Trio, aux cotés du subtil batteur-percussionniste Leon Parker, et du contrebassiste Ugonna Okegwo, avec lesquels il enregistre en novembre 1993 un disque en concert intitulé « Lover man » .

Les auditeurs apprécient la fraîcheur de ce trio, dont la cohésion explique la teneur de l’ensemble ; le pianiste fait alors entendre son admiration pour Ahmad Jamal, tout en démontrant une créativité personnelle très instinctive; chaque morceau a sa richesse : « Love for sale »

Je m’arrête sur cette période, dont j’aime particulièrement le style, les enregistrements, et le trio, pour vous proposer d’écouter aussi cette version de « Smoke gets in your eyes«  sur l’on trouve sur cet album de qualité « Reach », enregistré en 1994 :

– 1997 : « Alive »  avec Leon Parker et Ugonna Okegwo : Jacky Terrasson – « Things Ain’t What They Used To Be » –  

Puis, le pianiste s’adonne à plusieurs collaborations :

– Dans son album de 1997 : « Rendez-vous » avec Cassandra Wilson :

Jacky Terrasson & Cassandra Wilson : « Tea For Two « 

– Dans son album  «What it is » 1999 : au côté de Michael Brecker, Jay Collins, Mino Cinelu, Adam Rodgers, Xiomara Laugarts

– Dans son album de 2000, A Paris… , qui lui permet de revisiter les chansons populaires françaises, qu’il arrange en les enrichissant de couleurs harmoniques et  d’idées rythmiques, et traite comme des standards de jazz. :

* La Vie en Rose,’ ‘Jeux Interdits’, « Plaisir d’amour » de Piaf (avec Leon Parker et Ugonna Okegwo) , et dont la conception le rapproche de celle de Keith Jarrett,

S’inspirant des versions d’Henri Salvador et de Keith Jarrett, cette belle interprétation de « Jardins d’hiver » offre un espace chargé d’émotion, qui tient l’auditeur en suspens :

– Une version solo et en concert, des « Plaisirs d’Amour » du compositeur Francis Poulenc, permet au pianiste d’exploiter ses idées harmonique et rythmiques sur une ballade chargée d’émotion,  mélangeant espace et pulsation ; il se rapproche et s’éloigne alternativement de la mélodie initiale tout au long de l’interprétation : une exploitation  thématique créative; il conclue sur une question : un cinquième degré non résolu, qui laisse planer le thème initial et l’auditeur en son fort intérieur :

– Profitant d’un espace généreux, une version de la « Marseillaise » marrie sobriété et richesse harmonique :     https://www.youtube.com/watch?v=UWfRlbGq7No

« Sous le Ciel de Paris »; dans l’esprit de Bill Evans, de Keith Jarrett, de Jackie Terrasson, et de Paris :

Il participe à l’enregistrement de l’album : « Kindred » avec Stefon Harris  en 2001 

 

Jacky restera longtemps fidèle à la formule Trio, qui lui offre la liberté qui inspire son épanouissement musical. En effet, la conception du Trio permet aux instrumentistes de profiter d’un espace particulier, propice à la créativité. On retrouve donc la soif d’indépendance humaine et musicale de ce pianiste aventureux.

J’ai beaucoup apprécié la version de Jacky  sur la composition « Smile » (composée par Charlie Chaplin) que vous trouverez sur son ravissant album qui porte le même nom, enregistré en 2002 avec le contrebassiste Sean Smith, le batteur Eric Harland, et Rémi Vignolo ici à la basse électrique (tracks: 2, 4, 5), et dont voici une version Live (sur un piano très désaccordé…@##!!!!   🙁

 

en 2003, il enregistre un disque avec le flûtiste Emmanuel Pahud, le batteur Ali Jackson, et le contrebassiste Sean Smith ;

On retrouve dans cette version du « Boléro de Ravel » une approche très personnelle. Le résultat est d’une grande fraîcheur. La cohérence entre le pianiste et le batteur est ici ce qui me frappe particulièrement. Le flutiste fait chanter son instrument avec sensorialité sur des couleurs parfois orientales, respectant la tradition musicale espagnole. Un « Pont » inattendu change brusquement  l’atmosphère ; on retrouvera discrètement une sonorité une ambiance se rapprochant du concept de Herbie Hancock des années 80, puis d’Ahmad Jamal.  Une pédale harmonique inspire une grande précision au batteur.   L’ensemble est léger, et respecte l’optimisme du boléro de Ravel ; https://www.youtube.com/watch?v=WN4R1DVK9jk</p> <p>https://www.youtube.com/watch?v=BYZBorYB5LA

Une belle version live du Trio de Jacky Terrasson (composé du contrebassiste Ben Williams et du batteur Jamire Williams (ici avec le percussionniste Minino Garay) au club « Regattabar » de  Cambridge, Massachussetts, en Nov  2010 ). Cette composition est assez libératrice, en ce sens qu’elle est sur construite partiellement sur pédale, et que son thème est à la fois lyrique et intense. Une très belle introduction à caratère polyrythmique nous rappelle le style de l’album « Changeless » de Keith Jarrett  : https://www.youtube.com/watch?v=USdQlqBVHJE

Il enregistre en 2007 un album en solo : « Mirror » solo, (réalisés entre 2003 et 2006 chez Blue Note):  

Il collabore avec Michel Portal dans un duo :

En 2010 : il enregistre « Push » avec Ben Williams (b), Jamire Williams (d), Grégoire Maret (harm), Jacques Schwarz-Bart (as) : 

 

En 2012 :

il enregistre l’album « Close To You » avec Rigmor Gustafsson, en hommage à Dionne Warwick  

En 2012 : Jacky enregistre l’album « Gouache » avec Michel Portal, Stéphane Belmondo, Cécile McLorin Salvant   

  • 2015 : Take This avec Sly Johnson, Burniss Travis, Lukmil Perez, Adama Diarra
  • 2016 : Mother avec Stéphane Belmondo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il affectionne la teneur mélodique des standards qu’il sélectionne, lui permettant d’improviser librement, sans perdre ses auditeurs, qui continuent à repérer par rapport au schéma mélodique initial.

 

En 2012, il engage deux jeunes musiciens américain dans son nouveau groupe : le contrebassiste Burniss Earl Travis et le batteur Justin Faulkner

 

Le nouvel album  de Jacky TERRASSON « Take This », dans lequel le pianiste reprend sur deux versions différentes   «Take Five » de Paul Desmond, en mettant en valeur un décalage de tempo.

Jacky Terrasson au piano, synthétiseur, et Fender Rhodes; Burniss Earl Travis II à la basse et contrebasse; le batteur cubain Lukmil Perez; le percussionniste malien Adama Diarra, le chanteur Sly Johnson.

Jacky Terrasson-Take this

Un mélange de styles sur lequel on retrouve la touche personnelle du pianiste. Dynamisme et optimisme se dégagent de l’ensemble. Une forte teneur rythmique vous tient à l’écoute. Un beau projet.

 

 

Discographie

  • 1991 : Moon & Sand avec Tom Harrell Jazz Aux Remparts/Scène nationale de Bayonne et du sud-aquitain
  • 1993 : What’s New – Jazz aux Remparts/Scène nationale de Bayonne et du sud-aquitain
  • 1993 : Jacky Terrasson avec Leon Parker (d) et Ugonna Okegwo (b) Blue Note Records
  • 1996 : Reach avec Leon Parker et Ugonna Okegwo Blue Note Records
  • 1997 : Rendezvous avec Cassandra Wilson, Lonnie Plaxico, Mino Cinelu Blue Note Records
  • 1998 : Alive avec Leon Parker et Ugonna Okegwo Blue Note Records
  • 1999 : What It Is (également édité sous le titreWhere It’s At) avec Michael Brecker, Jay Collins, Mino Cinelu, Adam Rodgers, Xiomara Laugarts Blue Note Records
  • 2001 : À Paris avec Stefano Di Battista, Minino Garay, Biréli Lagrène Blue Note Records
  • 2001 : Kindred avec Stefon Harris Blue Note Records
  • 2002 : Lover Man avec Leon Parker et Ugonna Okegwo, enregistré en concert en novembre 1993 Venus Records (en)
  • 2002 : Smile avec Sean Smith, Rémi Vignolo, Eric Harland Blue Note Records
  • 2003 : Into the Blue avec Emmanuel Pahud Blue Note Records
  • 2007 : Mirror solo, enregistrements réalisés entre 2003 et 2006 Blue Note Records
  • 2010 : Push avec Ben Williams (b), Jamire Williams (d), Grégoire Maret (harm), Jacques Schwarz-Bart (as) Concord
  • 2012 : Close To You avec Rigmor Gustafsson, en hommage à Dionne Warwick ACT Music
  • 2012 : Gouache avec Michel Portal, Stéphane Belmondo, Cécile McLorin Salvant EmArcy Records
  • 2015 : Take This avec Sly Johnson, Burniss Travis, Lukmil Perez, Adama Diarra Impulse!

Nombreuses participations à d’autres enregistrements